L’impact du survivalisme et de la résilience sur le respect de l’environnement

Survivaliste

Le réchauffement de la planète est réel ! Le climat change et la planète souffre. Il s’agit là d’un constat implacable.

Toutefois, une fois que avoir constaté ce bilan dommageable, quelles sont les alternatives ?

Parmi ceux ayant déjà adapté leurs modes de vie à ces changements figurent bons nombres d’écologistes. Aussi, une toute autre partie de la population, à savoir les survivalistes, a fait le choix de s’éloigner des villes et de la pollution.

Qu’est-ce qu’un survivaliste ?

Un survivaliste est une personne qui a fait le choix d’anticiper une éventuelle catastrophe ou bien un effondrement de la civilisation industrielle telle que nous la connaissons aujourd’hui. Ils sont souvent imagés avec des masques à gaz et des batteries d’armes à feu à faire pâlir Fort Knox. En revanche, cette image est bien loin de la réalité. Bien souvent ces gens-là, se procurent un terrain dans des villages ou des endroits isolés dans lesquels ils vont organiser leur résilience et leur vie en totale autonomie

Alors, en quoi sont-ils si respectueux de l’environnement ?

Pour la plupart d’entre eux, leur mode de vie est basé sur leur propre culture ou bien est issu de l’agriculture à l’ancienne (celle de nos grands-parents), voire de la culture hydroponique ce qui est très écologique. De plus, ils essayent pour la plupart de n’utiliser que des énergies qui ne soient pas fossiles, à savoir du bois, du solaire, etc.

Pour un survivaliste, les technologies modernes sont sources de désespoir, de déprime et même de peur. Face à ces technologies, un éloignement total vis-à-vis de la ville permet de réduire notre impact sur l’environnement. En cultivant soi-même ses légumes, nous ne consommons pas d’essence ou de gasoil pour se rendre dans un supermarché pour en acheter tous les jours. 

Les survivalistes et les travaux de la campagne

Avant de prendre la décision d’un tel changement de vie, il est nécessaire d’anticiper tout ce qui incombe à une telle métamorphose de son mode de vie.

Il leur est donc essentiel d’apprendre et de se spécialiser dans les travaux de la ferme et le bricolage, ou encore la restauration de bâtiments, par exemple. 

Pour cela la plupart d’entre eux, même si ils restent à la pointe de la technologie, aura toujours un comportement en adéquation avec le respect de l’environnement. Cela s’illustre par le fait, par exemple, de posséder un smartphone, mais d’utiliser des technologies eco-responsables à l’image des panneaux solaires pour recharger leur batterie. 

Aussi, les survivalistes élèvent leurs propres animaux de basse-cour, ce qui leur offre un apport en viande, œufs et bien plus encore. 

En somme, les survivalistes ont pour objectif de réduire considérablement leur impact sur l’environnement tout en préservant le leur à proximité. 

Conclusion

Le mode de vie survivaliste prône donc un exode des villes vers la campagne, en d’autres termes un retour aux racines. Ceci apparaîtrait comme une réelle solution pour diminuer la pollution de manière globale.

De ce point de vue, un départ à la campagne ne peut qu’être bénéfique à la fois pour vous et pour l’environnement. Mieux s’alimenter, moins consommer : ce sont toutes ces petites actions mises bout à bout qui permettront de rendre l’environnement durable et feront que l’action de l’Homme ait un réel impact. Cela se traduit au quotidien et dans l’éducation de nos enfants.